Les prairies humides

Ces habitats inondables étendues sur 1 500 ha situés en périphérie du lac sont des terres gorgées d’eau. Soumis à des variations des niveaux d’eau, ils peuvent accueillir une flore diversifiée. Autrefois zones de marais, ils ont au fil du temps été drainés (creusement de douves et recalibrage du cours de l’Acheneau) afin d’être plus facilement exploitables.

Ils peuvent être immergés de 4 à 6 mois par an, en fonction :

  • des niveaux de précipitations,
  • du niveau topographique sur lequel ils se développent,
  • de l’ouverture du vannage de Bouaye définie par Arrêté préfectoral,
  • de la vitesse d’écoulement des eaux de surface à l’échelle du bassin versant.

Ces milieux sont composés d’une flore riche.

Les variations du niveau couplées aux actions d’entretien sont tous deux indispensables à la conservation de la diversité faunistique et floristique de ces habitats. C’est essentiellement les agriculteurs qui entretiennent les prairies avec des pratiques agricoles de fauche et de pâture. Sans gestion, ces milieux  se refermeraient, envahis petits à petits par les saules ou les grands hélophytes..

Seule une petite surface (8ha) de prairies inondables est située dans la Réserve naturelle nationale au Nord du lac proche de la Sénaigerie. La majeure partie des prairies humides est localisée dans le Sud-Ouest du lac, sur les communes de Saint-Mars-de-Coutais et de Saint-Lumine-de-Coutais.

Depuis quelques années, on assiste à une simplification à l’extrême de prairies inondables avec une régression de la diversité floristique de grandes surfaces envahies par la Jussie à grande fleur Ludwigia grandiflora.

Au total 1 600 ha de prairies humides sont entretenues par les agriculteurs. Cette gestion assure la conservation des prairies, l'alimentation des anatidés (canards, oies…) et la reproduction des larolimicoles (mouettes, limicoles).
Les activités de fauche et de pâture sont nécessaires à la conservation des prairies.
Les marais de Saint-Mars de-Coutais et Saint-Lumine-de-Coutais entretenus par les agriculteurs en élevage extensif.
Les prés communaux de Saint-Lumine-de-Coutais sont situés en dehors de la Réserve naturelle, au-delà de la douve de ceinture. Ils font partie intégrante du patrimoine européen NATURA 2000 et accueillent une flore riche et diversifiée composée notamment de Scirpes des marais - Eleocharis palustris - de joncs - Juncus acutiflorus - d’Agrostides -Agrostis stolonifera, A. canina - et de carex - Carex vesicaria, c. acuta, c. lasiocarpa.
Marais inondé en hiver
Baldingère faux-roseau - Phalaris arundinacea - Roseaux phragmites - Phragmites australis - grande Glycérie - Glyceria maxima - Salicaire commune - Lythrum salicaria - Lysimaque vulgaire - Lysimachia vulgaris -...composent la végétation palustre en bordure de certaines douves.
Salicaire commune - Lythrum salicaria
Lysimaque vulgaire - Lysimachia vulgaris
Station à Pulicaire commune - Pulicaria vulgaris - protégée en France, Menthe pouliot - Mentha pulegium - et Jussie à grandes feuilles - Ludwigia grandiflora -invasive.
Depuis quelques années plusieurs secteurs de prairies humides sont envahis par le Jussie à grande fleur - Ludwigia grandiflora. Cette plante exotique envahissante favorisée par la chaleur et l’excès de nutriments azotés et phosphatés d’origine anthropique devient alors dominante et provoque une chute considérable de la diversité végétale.
Coucher du soleil sur les prairies de Saint-Mars-de-Coutais.
L’Illécèbre verticillé - Illecebrum verticilatum - est une plante annuelle basse qui s'installe dans les dépressions creusées par l'action des sangliers, du pâturage ou le batillage lors de crues. Cette espèce patrimoniale rare est caractéristique des pelouses annuelles amphibies sur sols sableux.
Prairie inondable dans la Réserve naturelle nationale proche de la Sénaigerie, avec la Renoncule sarde - Ranunculus sardous - en fleur.
Renoncule sarde - Ranunculus sardous - sur sol plutôt sableux
Le Gypsophile des murailles - Gypsophila muralis - est présent sur des petites stations mises à nu par les sangliers et peut persister au sein de prairies plus fermées. Cette espèces patrimoniale rare est caractéristique des pelouses annuelles amphibies sur sols sableux.
La Salicaire à feuilles d'hysope - Lythrum hyssopifolia - et la Gypsophile des murailles - Gypsophila muralis - sont présents sur des petites stations. Ces espèces sont caractéristiques des pelouses annuelles amphibies sur sols sableux.
Camomille romaine - Chamaemelum nobile
Le Scirpe piquant - Schoenoplectus pungens - est une espèce rare des pelouses amphibies. L’unique station départementale a été redécouverte en 2014 sur prairie humide de la Réserve naturelle nationale.

Contenus liés