Label Ramsar, quelle utilité et quelle valorisation pour un label historique de la protection des milieux humides ?

Alors que la Journée Mondiale des Zones Humides (JMZH) et son mois de célébration a pris fin la semaine dernière, la Société Nationale de Protection de la Nature (SNPN) a voulu mettre en lumière le « label » Ramsar, notamment détenue par les réserves naturelles nationales de Camargue et de Grand-Lieu, dont la SNPN est gestionnaire. En effet, l’Association Ramsar France, qui coordonne la JMZH, promeut un  label international qui récompense et valorise les actions de gestion durable de milieux humides et encourage ceux qui les mettent en œuvre à les poursuivre. Ce label a été décerné par le secrétariat, mais sa création découle directement de la convention signée en 1971 pour valoriser les zones humides dites d’importance internationale. Ainsi, pour mieux comprendre les dynamiques de territoire en lien avec le label Ramsar, la SNPN a décidé d’interroger les deux directeurs de réserve des sites concernés : Jean-Marc Gillier (Directeur de la RNN de Grand-Lieu) et Gaël Hemery (Directeur de la RNN de Camargue).

Le « label » Ramsar, qu’est-ce-que c’est ?

Un site Ramsar est un territoire de zones humides désigné au titre de la convention de Ramsar sur les zones humides. L’objectif du label Ramsar est d’« élaborer et de maintenir un réseau international de zones humides importantes pour la conservation de la diversité biologique mondiale et la pérennité de la vie humaine, en préservant leurs composantes, processus et avantages/services écosystémiques ». Comme le souligne Jean-Marc Gillier dans son entretien : « Le label Ramsar n’a de sens que dans son réseau.»

Mais alors, quel intérêt pour le site ? La désignation Ramsar permet de valoriser un territoire et de le rendre plus attractif à plusieurs niveaux :

  • Économique : reconnaissance internationale, attractivité, développement économique durable.
  • Social : maintien de la qualité de vie, notoriété et appropriation par les habitants
  • Culturel : préservation, mise en valeur et animation du territoire (comme lors de la Journée mondiale des zones humides)
  • Environnemental : préservation et valorisation d‘un site qui protège contre les événements extrêmes, atténuation du changement climatique, protection de la biodiversité, amélioration de la qualité de l’eau.

Au-delà d’un intérêt pour les citoyens, le label « Ramsar » offre également des avantages pour le gestionnaire. Il permet notamment d’intégrer un réseau qui s’échange de bonnes pratiques & s’entraide sur des missions techniques et scientifiques. Le label Ramsar aide également les gestionnaires à valoriser leur site, en créant des temps forts de communication.

Constats

Au cours des entretiens avec les deux directeurs de réserve, un certain nombre de constats ont été énoncés, liés à la dynamique des labels dans le secteur de la protection des espaces naturels.

  • « Si on a peu de moyens, il faut des idées (et un réseau) » : Afin de faire connaître le label et augmenter ses effets, il est nécessaire de valoriser les labellisés et de mettre en commun leurs compétences dans le cadre d’un réseau structuré. Le label fait aujourd’hui sens par le biais du réseau qu’il créer avec et entre les gestionnaires.

 

              « Le label Ramsar n’a de sens que dans son réseau. Pour faire briller cette labellisation, il faut renforcer la coopération entre les sites et les acteurs qui les font vivre. La Réserve Naturelle Nationale du lac de Grand-Lieu bénéficie d’une « solidarité territoriale » entre les sites Ramsar, sans pour autant empêcher chaque espace de défendre sa singularité. Si ce n’est pas déjà le cas, je pense qu’il faut que ces pratiques se démocratisent sur l’ensemble du territoire Français pour offrir une valeur ajoutée de plus au label Ramsar.»

Jean-Marc Gillier, Grand-Lieu

  • Des temps forts qui rythment la vie d’un label : Les acteurs reconnaissent à la Journée Mondiale des Zones Humides une capacité considérable de mobilisation des acteurs du territoire, et donc de sensibilisation du public à l’importance de protéger les zones humides & à la connaissance du label Ramsar. Il faut continuer de faire vivre ce temps fort apprécié des gestionnaires, et peut être l’utiliser, ou du moins s’en inspirer, pour valoriser le label.

 

               « Tous les ans, la RNN de Grand-Lieu investit la Journée Mondiale des Zones Humides. Il y a 10 ans, nous étions 3 à proposer des animations dans le cadre de cet événement en Loire-Atlantique. Et puis, petit à petit à partir du moment où les communications ont augmenté, sous l’impulsion notamment de la Maison du Lac de Grand-Lieu, nous sommes passés à plus de 20 structures  proposant des animations Journée Mondiale des Zones Humides. Donc là, il y a vraiment une mise en lumière de Ramsar et de ses sites en Loire-Atlantique (en l’occurrence le lac de Grand-Lieu, le Marais-Breton, les marais de Grande-Brière et du Brivet et les marais de Guérande et du Mès) grâce à la Journée Mondiale des Zones Humides.»

Jean-Marc Gillier, Grand-Lieu

 

Panel de recommandations

A partir de ces constats et au fil des discussions avec les directeurs de réserves de la SNPN, des recommandations, loin d’être exhaustives, ont émergé.

  • Augmenter la synergie sur la labellisation Ramsar avec les instances existantes dans chaque réserve, sans pour autant créer de nouvelles instances. Il est nécessaire de clarifier les attributions de chacun au sein de ces synergies afin de faire évoluer la gouvernance sur le fond: le label Ramsar pour renforcer le lien entre les gestionnaires des grands espaces protégés d’un même site.
  • Organiser un échange avec tous les acteurs d’un site pour recueillir la vision globale autour du label. Comment faire vivre le label au sein des réserves dans un contexte de moyens limités ?

 

             « Au-delà de l’utilité d’un label, il faut le faire vivre. Souvent les directeurs de réserves sont confrontés à la gestion du quotidien avec des moyens limités. Mon avis, c’est de dire : Est-ce qu’il nous permet d’accéder à un réseau d’acteurs et de connaissance ? »

Gaël Hemery, RNN de Camargue.

  • Formaliser une communauté intersites autour du label Ramsar France pour échanger les succès et bonnes pratiques et assurer une bonne communication entre les gestionnaires.
  • Offrir aux gestionnaires un label allant au-delà de la protection d’un site contre les grands aménagements immobiliers, mais aidant la réserve dans ses missions du quotidien.

 

             « Quand on regarde la situation de la Camargue, on est confronté aux mêmes problèmes depuis 20 ans, et dans une vision bassement pragmatique, les labels, ça n’a pas permis de résoudre nos problèmes. Il faut créer une dynamique pour que les labels soient plus qu’une protection d’un territoire contre des grands aménagements, mais une aide concrète, en moyens et/ou en savoirs pour aider les gestionnaires à gérer les problématiques au quotidien, mais aussi sur le long-terme.»

Gaël Hemery, RNN Camargue.

La Convention de Ramsar sur les zones humides

La convention sur les zones humides, ou convention de Ramsar tire son nom de la ville iranienne de Ramsar, où elle a été adoptée le 2 février 1971. Ses objectifs sont la conservation et la gestion rationnelle des zones humides et de leurs ressources.

Fondée à l’origine sur la préservation des habitats d’oiseaux d’eau, elle a élargi son champ de compétence à la protection de tous les aspects de la biodiversité et des valeurs sociales et culturelles présentes sur les territoires des zones humides. La désignation d’un site Ramsar constitue pour chaque zone humide concernée, un label de reconnaissance de son importance internationale. Il est à noter que les zones humides sont les seuls milieux naturels à faire l’objet d’une convention internationale.

En mars 2024, 2513 sites (dont 55 en France) sont reconnus d’importance internationale par cette convention. Ils couvrent une superficie de près de 257 millions d’hectares à travers le monde.

Contenus liés

  • Évènement
Août 2023

Visite commentée de la nouvelle muséographie de la Capelière, Maison de la Réserve et du Vaccarès

  • Évènement
Juil 2023

Visite commentée de la nouvelle muséographie de la Capelière, Maison de la Réserve et du Vaccarès