Le Renard roux (Goupil)

Vulpes vulpes - Crédits photos : Zhang Zhang sur Unsplash

Vulpes vulpes

Famille des Canidés, ordre des Carnivores, classe des Mammifères

Le reconnaître
Le renard a une silhouette de petit chien svelte et aux oreilles pointues. Son pelage est le plus souvent roux mais peut varier du beige au brun, nettement plus épais en hiver qu’en été. Les poils du ventre, de menton, de la gorge, des lèvres et du bout de la queue sont blancs. Sa queue est longue et touffue.
Il mesure environ 1 m à 1,40 m de long avec la queue et dépasse un peu 30 cm de hauteur au garrot (épaule). Le poids d’un animal adulte peut aller de 3 jusqu’à un peu plus de 10 kg.

Son habitat
Il vit dans des milieux très variés, plaine, forêt, zones urbaines, altitude, etc. Il habite dans un terrier qu’il creuse, emprunte, voire partage avec d’autres espèces comme le blaireau ou le lapin de garenne. Ses terriers sont reconnaissables car ils dégagent souvent une odeur forte.

Son comportement
Il peut vivre en couple ou en groupe et est monogame le plus souvent.
Les femelles qui n’ont pas de petits peuvent adopter les orphelins même si ce n’est pas si fréquent.

Son régime alimentaire
Le renard est carnivore opportuniste et a un régime alimentaire varié. Ainsi, bien que les campagnols soient sa nourriture de prédilection, il peut tout aussi bien manger des insectes, des vers de terre, des fruits, des champignons ou des déchets dus à l’activité humaine.
Il cache la nourriture qu’il a chassée en trop.

Période d’observation
Il est principalement crépusculaire et nocturne mais peut aussi s’observer en journée.

Statut de conservation et menaces
L’espèce est classée dans la catégorie « préoccupation mineure » (LC) de l’UICN. Elle n’est donc pas menacée.

Pathogènes, dommages et idées reçues
Le renard fait l’objet de nombreuses craintes dans des domaines divers. En effet, il a tendance à s’en prendre aux poulaillers mal protégés ce qui le rend impopulaire auprès des propriétaires. De même, il peut attaquer les enclos où les chasseurs élèvent du gibier pour les relâcher et les chasser. C’est pourquoi il est souvent accusé de concurrencer ceux-ci. Sa chasse est donc autorisée quand elle est ouverte puis sa destruction selon toutes méthodes et tout le reste de l’année. Pourtant, se nourrissant principalement de rongeurs celui-ci est un excellent auxiliaire de culture. Le nombre de renards tués annuellement en France n’est pas connu mais dépasse 500.000.
Ensuite, le renard est souvent craint pour les zoonoses qu’il pourrait potentiellement transmettre aux animaux domestiques et aux humains. C’était le cas de la rage mais qui est aujourd’hui éradiquée depuis 2001 et fait l’objet d’une surveillance permanente. Le cas de l’échinococcose alvéolaire est également à surveiller. Il s’agit d’une maladie occasionnée par un ver dont les œufs peuvent être présents dans les excréments du renard, du chien et même du chat domestiques. Ces Carnivores se contaminent en chassant et mangeant des campagnols. Elle peut être transmise à l’humain en cas de mauvaise hygiène avec ses animaux de compagnie et d’ingestion de fruits ou de légumes poussant au sol à proximité d’excréments de Carnivores. La meilleure protection contre cette maladie n’est donc pas la chasse du renard mais de déparasitage des chiens et chats domestiques qui peuvent chasser des campagnols et d’éviter de ramasser les fruits au sol ou de bien les laver et se laver les mains.

Contenus liés

  • Actualité
Fév 2024

Pour une transition écologique, équitable et solidaire de notre agriculture et de notre alimentation