Le Courrier de la Nature n°322 mai – juin 2020

8.00 

Réunir pour agir.

Sans tomber dans cette banalité qui consiste à reprocher à la Terre de ne pas grossir à mesure que nous trouvons les moyens de la parcourir ou de l’exploiter plus rapidement, on est bien obligé de convenir que l’homme est devenu tellement encombrant qu’il est en train d’absorber pour lui seul toute la vie du globe, où il n’y aura bientôt plus de place que pour lui et pour les microbes protégés par leur petitesse », écrivait Edmond Perrier (directeur du MNHN et président de la Société d’acclimatation-SNPN) en 1916 dans À travers le monde vivant.
Cette phrase seule ne suffit-elle pas à expliquer les ressorts profonds de la crise actuelle de la Covid-19 ?

Il y a plus de cent ans, Edmond Perrier traçait dans ce même ouvrage le futur que nous vivons : « il faut se mettre en face des réalités et prévoir l’avenir pour nos descendants, si nous ne voulons pas risquer que nos âmes immortelles éprouvent la douleur de leur malédiction. »
Pour que l’avenir continue à sourire à nos enfants, trois axes d’action s’imposent. Tout d’abord, il est indispensable de réduire les pressions anthropiques pour laisser plus d’espace à une nature spontanée et diversifiée ; ainsi que d’anticiper les changements environnementaux et écosystémiques
en incitant et en accompagnant des changements sociétaux. Enfin, il serait souhaitable de sortir de l’opposition homme/nature en favorisant et en popularisant une cohabitation avec des bénéfices mutuels.

Ces trois axes ne peuvent devenir réalité que si nous apprenons la sobriété ainsi que le partage pour réduire les inégalités indécentes existant au sein de nos communautés humaines. La SNPN travaille à ces objectifs, avec tous ses partenaires, en élaborant un « livre blanc pour la biodiversité »a qui regroupera des propositions positives et pragmatiques incitant à un plan de relance « vert » favorisant la résilience de nos sociétés, générateur d’emplois nouveaux et locaux, déployant des solutions fondées sur la nature, et améliorant l’état de la biodiversité, pour tisser enfin une nouvelle alliance entre les humains et la nature dans laquelle les premiers ne prendraient plus toute la place. Plus que jamais, la SNPN considère que tous les protecteurs de la nature doivent se coordonner et faire front commun, dans leur diversité et malgré certaines divergences, qu’ils soient plutôt « gestionnaires », « politico-médiatiques », « naturalistes » ou partisans de la « libre évolution », plutôt « militants » ou plus rationnellement « scientifiques ». Il s’agit bien de se réunir pour peser collectivement afin de transformer le monde, et d’abord nos économies et nos sociétés

Rémi Luglia, président de la SNPN.


Dans les actualités :

L’appareil législatif est l’un des principaux outils de défense de l’environnement, et il peut évoluer pour mieux prendre en compte ces questions, comme le montrent la jurisprudence autour des arrêtés anti-pesticides, la considération du principe de précaution par la cour de justice européenne pour remettre en cause la gestion finlandaise du loup ou encore la tenue d’un colloque consacré à la démocratie environnementale. Un autre levier puissant est l’information du public : c’est ce à quoi s’attèlent un nouveau site internet consacré aux bocages, ou le festival nature Les Hivernales. Dans certains domaines hélas, la vision peine à s’élargir, comme le souligne le compte rendu du colloque consacré à la santé des plantes agricoles.

 

Vie de la SNPN


Dossier : Les scorpions De bons indicateurs de la qualité de l’environnement Par Wilson Lourenço

Les scorpions correspondent à un groupe relativement modeste parmi les arthropodes avec environ 2 400 espèces connues jusqu’à présent. Ces espèces, bien que relativement homogènes dans leurs caractéristiques morphologiques, correspondent en réalité à plusieurs lignées distinctes qui ont pu évoluer à des périodes géologiques nettement différentes. Néanmoins, des caractéristiques biologiques complexes apparaissent comme un point commun entre les différentes lignées observées. Ces caractéristiques particulières associées à des exigences écologiques importantes – chaque espèce étant globalement limitée à un milieu précis – font des scorpions des bons indicateurs de la santé de l’environnement. Au cours des dernières années un grand progrès dans la connaissance de ce groupe particulier a démontré leur importance en tant qu’organismes modèles pour des études environnementales. 


Dossier : Restauration en Guadeloupe Un programme pour l’orchidée Epidendrum revertianum Par Nicolas Barré, Gervais Citadelle, Monique Citadelle, Claude Ffrench, Marie-France Barré, Nathalie Machon, Eric Motard, Jocelyne Sapotille

L’orchidée Epidendrum revertianum, endémique des Petites Antilles, était encore assez bien représentée en Guadeloupe dans les années 1990. Elle a connu un déclin important depuis : on n’en retrouvait qu’une vingtaine d’individus sur l’île de Basse-Terre en 2010. C’est pourquoi une association œuvre pour restaurer cette plante dans son milieu d’origine. 


Point de vue : La protection de la nature en France Un paradoxe émaillé de victoires Par Pierre Grillet


L’art et la nature Selon Pierre-Paul Feyte et Alphonse Esquiros


A lire 

Rupture de stock

Description

Ce numéro du Courrier de la Nature, réalisé en confinement, permet néanmoins de s’évader dans la nature, proche et moins proche, et surtout de se poser pour réfléchir à la manière de la protéger. Les démarches de réintroduction d’une orchidée endémique transportent en Guadeloupe, où l’on suit les déboires et les victoires des chercheurs. Afin de pouvoir qualifier les milieux pour les étudier et les comparer, les scorpions pourraient bien être utiles aux chercheurs : en effet, ces arachnides particuliers sont extrêmement spécialisés, et chaque espèce ne survit que dans un environnement précis. Mais la protection de la nature peut parfois sembler encore insuffisante aux yeux de certains, à qui nous ouvrons nos pages afin de présenter leur point de vue sur des avancées paradoxales. C’est pourtant à petits pas que les associations se mobilisent, en faisant avancer l’appareil législatif ainsi qu’en informant le public. C’est ce que nous faisons, en vous proposant toujours des analyses réfléchies, des lectures intéressantes et une respiration artistique.

Informations complémentaires

Poids 160 g