Le Courrier de la Nature n°316 mai-juin 2019

8.00 

La protection de la nature, un parcours teinté d’humilité

Tous les deux mois, Le Courrier de la Nature nous renseigne sur l’état de la nature et nous présente des initiatives en faveur de sa protection. Une lueur d’espoir dans un horizon assombri par la profusion d’études alarmantes quant à la dégradation de notre environnement. Loin de nier les problèmes, la SNPN continue ses actions de protection, de sensibilisation, et poursuit ses activités de recherche, suscitant les débats et explorant diverses pistes. Il semble que l’une d’entre elles mérite d’être mise au jour. Elle n’a pas la prétention de tout résoudre, mais elle pose les jalons d’un cadre de pensée qui offrirait de nouveaux espoirs à la protection de la nature. Cette solution serait de construire collectivement un projet teinté d’humilité. À l’opposé du sentiment d’orgueil, l’humilité désigne une posture de déférence. En d’autres termes, elle suppose une attitude respectueuse à l’égard de ce qui nous entoure. Elle nous conduit à regarder avec intérêt l’ensemble de la nature. Elle nous encourage à redoubler d’efforts pour protéger des espaces d’une inestimable richesse et d’une très grande fragilité. Elle nous incite également à porter notre regard sur l’ensemble de la nature, dans ses manifestations les plus extraordinaires donc, mais aussi dans tout ce qu’elle a de plus ordinaire.

N’est-ce pas d’ailleurs le sens du principe de solidarité écologique que le législateur a consacré au premier article du Code de l’environnement à l’occasion de la loi « biodiversité » ? On peut le penser. De cette manière, l’horizon se redessine : il s’exprime autrement, juste sous nos yeux et juste sous nos pieds. De tout temps, la SNPN en a eu conscience. En témoigne la démarche des réserves naturelles libres (cf. p. 34 à 40) qui a pour ambition d’accompagner les individus engagés à protéger la nature qu’ils rencontrent au quotidien. Forte de cette expérience menée il y a plus de quarante ans, la SNPN souhaite aujourd’hui rénover la charte des réserves naturelles libres pour mettre en lumière l’intérêt de la protection de la nature à toutes les échelles, des plus grandes aux plus petites. En réalité, l’humilité donne un vrai sens à nos actions de protection. Elle souligne avec splendeur le courage et l’engagement des acteurs dévoués à la protection des aires protégées et des espèces menacées. En même temps, elle sublime la discrétion de toutes celles et ceux qui la défendent, autour d’eux, au quotidien.

Aline Treillard, administratrice de la SNPN.


Dans les actualités :

En suivant par GPS les bouquetins des Alpes, les chercheurs étudient leurs déplacements pour adapter au mieux les modes de gestion à leur protection. L’isolement des populations conduit à des particularités parfois curieuses, comme chez certains rats épineux japonais, et jusqu’à la spéciation. Ainsi deux nouvelles espèces de chauves-souris ont-elles été décrites en Europe. L’avenir de l’environnement mondial a été examiné par l’ONU, qui indique des objectifs de développement à suivre pour une planète saine… objectifs difficiles à tenir au vu des politiques actuelles. En Afrique toutefois, un rapport pointe des opportunités pour le développement des aires protégées. Quant aux déchets trop nombreux que nous produisons, pourquoi ne pas les transformer en art, comme l’ont expérimenté des lycéens ? En Bourgogne-Franche-Comté, une association fait découvrir la nature au travers de rencontres et de publications, pour que l’émerveillement se transmette. En région parisienne, une autre organise des débats suivant la projection de documentaires, pour s’interroger sur l’écologie.

 

Vie de la SNPN


Dossier : Les poissons-clowns Un code-barres évolutif Par Pauline Salis

Bien que ne couvrant que 0,25 % des océans, les récifs coralliens abritent le quart de la biodiversité marine mondiale. Ces récifs peuvent abriter dans les zones les plus riches plus de 500 espèces différentes de poissons aux combinaisons de couleurs et de motifs extraordinaires et particulières à chaque espèce. Comment et pourquoi s’est développé une telle diversité graphique ?


Dossier : La Réserve naturelle libre de Nas en Ardèche Un exemple de compatibilité entre protection de la nature et activités humaines Par Thomas Gallix

Thomas et François-Régis, les deux fils de Dominique Gallix, militant actif à la SNPN, sont installés avec leur famille sur une propriété ardéchoise d’une cinquantaine d’hectares, sur la partie orientale du Massif Central. Dans un paysage vallonné et diversifié, composé de terres agricoles et de forêts, ils ont souhaité, en accord avec leurs fortes sensibilités écologiques, gérer et prendre soin de ce « morceau de Terre », dans le respect de la faune, de la flore et des habitats afin de vivre, au quotidien, les choix d’une relation harmonieuse.



Point de vue : Le grand saumon de la Loire L’élevage peut-il faire mieux que la nature ? Par Josselin de Lespinay


L’art et la nature Selon Pascale Malilo et Émile Verhaeren


A lire 

Description

Le numéro de mai-juin du Courrier de la nature vous plonge sous les océans avec un dossier consacré aux poissons-clowns, et surtout à leurs motifs rayés de bandes blanches : cette chatoyance serait strictement prédéfinie par la génétique. Autres poissons impressionnants, les saumons capables de remonter la Loire sur près de 400 kilomètres sont en fort déclin, et l’alevinage artificiel ne semble pas être une méthode efficace pour reconstituer leur population. Une famille d’amoureux de la nature très engagés mène depuis plusieurs années, en lien avec la SNPN, l’aventure intense de classer son terrain en réserve libre. Pas facile de concilier au quotidien la préservation de la nature et les nécessités humaines…

Vous retrouverez également les pages artistiques, les suggestions de lecture de la rédaction, et des actualités sur la recherche et la vie associative tournée vers la nature.

Avis

Aucune évaluation.

Seuls les utilisateurs ayant acheté ce produit pour laisser une évaluation.