Offre d’emploi : CDI Conservateur de la Réserve naturelle nationale de la plaine des Maures (83)

Présentation de l’association

La Société nationale de protection de la nature (SNPN) est la doyenne des associations de protection de la nature en France. Fondée le 10 février 1854, elle est reconnue d’utilité publique depuis le 26 février 1855. Depuis, elle a accompagné l’émergence d’autres associations portant les mêmes valeurs, et a été à l’origine de la création des premiers espaces protégés.

Elle est une association à caractère scientifique qui se consacre à l’étude et à la protection de la nature, pour permettre aux écosystèmes et aux espèces qui les composent d’exprimer le plus librement possible leurs potentialités adaptatives et évolutives. Elle gère trois Réserves naturelles nationales parmi les plus prestigieuses : la Réserve naturelle nationale de Camargue, avec ses 285 espèces d’oiseaux, la Réserve naturelle nationale du lac de Grand-Lieu, le plus grand lac de plaine français, et la Réserve naturelle nationale de la plaine des Maures abritant une richesse écologique exceptionnelle.

Par ailleurs, l’association dispose d’une expertise reconnue dans le domaine des zones humides, qui lui vaut d’être associée aux réflexions nationales et internationales sur ce sujet. Elle participe à de nombreuses actions de restauration / conservation de ces milieux.

Enfin, la mission de la SNPN s’accompagne d’un indispensable volet d’information et de sensibilisation du public et des experts, qui s’appuie sur l’édition de plusieurs revues.

Les priorités d’action rappelées dans le projet associatif consistent à consolider et développer l’association, accroitre sa visibilité, mobiliser la dynamique associative autour de l’ensemble des projets qu’elle porte et diversifier ses modes de financement, au profit de la réalisation de missions de protection de la nature en France métropolitaine.

Les missions du poste

Sous la supervision du directeur, le conservateur a en charge la gestion technique et scientifique de la réserve naturelle nationale de la Plaine des Maures. Il pilote la mise en œuvre du plan de gestion, anime le Conseil scientifique et les équipes de terrain, instruit les demandes d’autorisations, noue des partenariats scientifiques et techniques.
Le conservateur assure l’élaboration du plan de gestion de la RNN. Il coordonne et suit les actions de gestion sur la RNN : gestion et surveillance du patrimoine naturel, suivi scientifique, rapportage, lien avec les partenaires techniques et le Conseil scientifique, mise en place de programmes d’amélioration des connaissances. Le conservateur est le garant scientifique de la RNN. Il assure au quotidien la bonne exécution du plan de gestion.
Il exerce ses missions en lien et en cohérence avec les initiatives scientifiques locales,
nationales voire européennes. Il assure une veille régulière de l’actualité scientifique.

ACTIVITES PRINCIPALES

1. Assure le pilotage, la coordination, la bonne exécution et l’évaluation du plan de gestion :

– Coordonne la rédaction des avancées annuelles du plan de gestion.
– Organise, coordonne et supervise les suivis scientifiques réalisés par l’équipe de gestion, en coordonne et en assure le rapportage ainsi que la diffusion.
– Pilote la définition d’itinéraires techniques enrichis des résultats issus des suivis scientifiques dans la perspective d’optimiser les modes de gestion de la RNN.
– Instruit les demandes d’autorisations.
– Anime le conseil scientifique de la RNN en lien avec son président.
– Évalue le plan de gestion et coordonne son renouvellement en lien avec la DREAL et les instances de gouvernance de la réserve.
– Participe aux activités de police de la nature de la RNN.

2. Contribue au positionnement stratégique de la RNN :

– Contribue à la réflexion prospective, fait des propositions d’orientations stratégiques pour la gestion de la RNN.
– Développe les partenariats, études scientifiques et expérimentations dans le cadre de la gestion de la RNN.
– Supervise et accompagne la réflexion et la rédaction des réponses à des appels à projets ainsi que le montage de nouveaux programmes (par exemple programme LIFE).
– Représente la réserve dans les différentes instances.

CONNAISSANCES ET COMPÉTENCES REQUISES

1. Générales

– Bonne connaissance des enjeux de conservation en milieu méditerranéen.
– Connaissances naturalistes diversifiées aussi bien au niveau des habitats méditerranéens que des espèces animales et végétales qui les composent.

2. Capacités

– Capacité d’appropriation et de compréhension de problématiques complexes de la relation homme-nature.
– Capacité de traduire et de répondre à ces problématiques par des protocoles scientifiques puis des itinéraires techniques adaptés.
– Capacités à animer et suivre des programmes de conservation.
– Capacité de synthèse et de vulgarisation des données scientifiques
– Capacité de travail en équipe et en réseau. Bonne condition physique.
– Autonomie, capacité de fermeté (respect de la réglementation de la réserve).
– Maitrise de l’expression orale en public, maîtrise parfaite de l’expression écrite.

3. Parcours / formation

– Niveau master II en écologie ou expérience réussie dans le pilotage d’actions de conservation.
– Commissionnement RNN serait un plus.
– La maîtrise de l’anglais serait un plus.

MODALITES

– Statut Cadre catégorie G (convention collective ECLAT), au forfait jours avec 214 jours travaillés.
– Rémunération en fonction de l’expérience.
– Contrat à durée indéterminée, période d’essai de 3 mois (qui pourra être renouvelée une fois).
– Possibilité de travail en soirée, le week-end et jours fériés.
– Chèque restaurant (pris en charge à 60 %) – Mutuelle employeur prise en charge 100%.
– Poste basé aux Mayons (Var).
– Date de prise de poste souhaitée au plus tôt.
– La date limite de réception des candidatures est fixée au 15 juillet 2023.

Pour candidater merci de transmettre CV, lettre de motivation, travaux scientifiques et références sur recrutement-plainedesmaures@snpn.fr

 


Le contexte : la Réserve naturelle nationale de la plaine des Maures

La Réserve naturelle nationale de la plaine des Maures (https://www.snpn.com/reserve-naturelle-nationale-de-la-plaine-des-maures/) est située dans le Var et occupe une superficie de
5 276 hectares sur cinq communes.
La RNN de la plaine des Maures abrite une richesse écologique exceptionnelle : 30 habitats naturels dont 11 d’intérêt communautaire et 3 prioritaires au titre de la directive Habitat ; 89 espèces floristiques d’intérêt patrimonial dont 58 protégées ; 183 espèces faunistiques protégées sur les 1 568 espèces recensées (45 mammifères, 170 oiseaux, 18 reptiles, 7 amphibiens, 18 poissons et 1 309 invertébrés) ; des populations importantes de tortues d’Hermann ; un réseau hydrographique, constitué de cours d’eau permanents et de mares et ruisseaux temporaires. Sa particularité est d’accueillir également une grande diversité d’activités humaines, ce qui nécessite de concilier les enjeux écologiques, les enjeux patrimoniaux et les enjeux humains : agriculture (viticulture essentiellement), exploitation forestière, défense des forêts contre les incendies (DFCI), chasse, pêche, activités de pleine nature et écotourisme, habitat diffus, installation de stockage de déchets du Balançan, golf de Vidauban, circuit automobile du Luc-en-Provence, base de l’aviation légère de l’Armée de Terre… Ce sont autant d’activités anthropiques situées dans le périmètre de la RNN ou à proximité immédiate. Par ailleurs les 2/3 de son territoire appartiennent à des propriétaires privés. Les parcelles relevant du domaine public sont : des Espaces naturels sensibles du Département (58,8 ha), la forêt domaniale des Maures (41 ha) et les forêts communales du Luc-en-Provence, de Vidauban et de La Garde-Freinet (600 ha), le site du Conservatoire du littoral (911 ha), les terrains du Conservatoire des espaces naturels de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur (170 ha). Une partie importante du territoire de la RNN a été affectée par un très important incendie en août 2021.
La RNN de la plaine des Maures a été créée par le décret n°2009-754 du 23 juin 2009, publié au Journal officiel, qui en fixe la réglementation. Elle est dotée d’un plan de gestion pour la période 2015-2021, dont l’évaluation a été réalisée. Elle est pilotée par un comité consultatif présidé par le sous-préfet de Brignoles, qui s’appuie sur un conseil scientifique. L’, qui succède ainsi au Conseil départemental du Var, gestionnaire depuis 2010.

Le nouveau gestionnaire : la Société nationale de protection de la nature

La Société nationale de protection de la nature (SNPN) est la doyenne des associations de protection de la nature en France et dans le monde. Fondée le 10 février 1854, elle est reconnue d’utilité publique depuis le 26 février 1855. Depuis elle a accompagné l’émergence d’autres associations portant les mêmes valeurs (LPO, FNE…), et a été à l’origine de la création des premiers espaces protégés (1927, réserve naturelle de Camargue).

Elle est une association à caractère scientifique qui se consacre à l’étude et à la protection de la nature, pour permettre aux écosystèmes et aux espèces qui les composent d’exprimer le plus librement possible leurs potentialités adaptatives et évolutives. Elle a créé et gère deux Réserves naturelles nationales parmi les plus prestigieuses : la Réserve naturelle nationale de Camargue, avec ses 285 espèces d’oiseaux, et la Réserve naturelle nationale du lac de Grand-Lieu, le plus grand lac de plaine français.
Par ailleurs, l’association dispose d’une expertise reconnue dans le domaine des zones humides, qui lui vaut d’être associée aux réflexions nationales et internationales sur ce sujet.
Elle participe à de nombreuses actions de restauration / conservation de ces milieux.
Enfin, la mission de la SNPN s’accompagne d’un indispensable volet d’information et de sensibilisation du public et des experts, qui s’appuie sur l’édition de plusieurs revues (Le Courrier de la Nature ; Zones humides Infos).

Contenus liés