Les odonates

libellule

Un peuplement en régression

54 espèces d’odonates sont actuellement connues en Loire Atlantique. Les inventaires successifs menés jusqu’en 2017 ont permis d’identifier 49 espèces à Grand-Lieu dont 33 espèces sur le territoire de la Réserve naturelle nationale.

Ce chiffre ne représente probablement plus la diversité actuelle et fera l’objet d’un nouveau rapport.

Plusieurs évènements concomitants avec l’apparition de l’Écrevisse de Louisiane sont à l’origine de la raréfaction voir de la disparition de beaucoup d’espèces.

La régression des populations d’odonates s’explique par une multitude de facteurs :

  • l’explosion des populations d’Écrevisse de Louisiane, espèce exotique envahissante,
  • la régression des herbiers aquatiques,
  • la dégradation de la qualité de l’eau (phénomène d’eutrophisation du milieu soumis à des apports excessifs en nutriments).

Plusieurs espèces inventoriées jusqu’en 2017 sont considérées comme patrimoniales sur Grand-Lieu :

  • le Leste dryade – Lestes dryas, le Leste sponsaLestes sponsa, la Naïade au corps vert  Erythromma viridulum – en régression.
  • le Coenagrion pulchellum Coenagrion pulchellum – a probablement disparu avec la disparation des herbiers aquatiques.
  •  l’Anax napolitain – nax parthenope, la Cordulie métallique – Somatochlora metallica, l’Orthétrum brun – Orthetrum brunneum – rares.
  • le Sympétrum communSympetrum vulgatum – très rare.
  • la Naïade aux yeux rouges – Erythromma najas – typique des herbiers de macrophytes flottants (nénuphars) cette espèce a considérablement régressé jusqu’à devenir rare.

Contenus liés

  • Étude & suivi scientifique
Avr 2024

Suivi du temps de présence des chiroptères au cours d’un cycle annuel – rapport 2024