Les Zones Humides

Les zones humides sont des espaces de transition entre la terre et l’eau. Bords de mer, étangs, marais, marécages, tourbières, forêts alluviales ou prairies inondables, elles représentent 3 % du territoire métropolitain.

Elles concentrent une richesse biologique exceptionnelle : le tiers des espèces végétales menacées est strictement lié à ces zones et la moitié des oiseaux présents sur le territoire dépendent de ces milieux.

Leur protection est indispensable : elles contribuent à prévenir les inondations et à réduire les effets de la sécheresse ; leur végétation consommatrice d’azote participe à la préservation et à l’amélioration de la qualité de l’eau ; elles fixent également les sols faisant tampon contre l’érosion. Leur intérêt économique est aujourd’hui reconnu : on y puise une quantité importante de ressources naturelles telles que l’eau, le bois, l’herbe pour les bêtes, le sel, les roseaux ou bien encore les poissons ; elles constituent également un lieu privilégié pour les activités de loisir.

Les deux tiers des zones humides ont disparu en France en un siècle, c’est au cours des dernières décennies que la régression a été la plus spectaculaire. En effet, les progrès réalisés dans les techniques d’endiguement, de drainage et de remblaiement ont grandement facilité cette disparition au profit de certaines formes d’agriculture et d’aménagement rural.

Les années 60 ont vu cependant, la reconnaissance de leur valeur biologique et de leur rôle écologique majeur. De nombreuses actions visant leur protection, ont ainsi été élaborées. La SNPN y a largement participé et elle développe régulièrement son action dans ce domaine comme le montre la lecture des articles suivants.