La CITES et les éléphants
La SNPN, tout au long de son histoire, eut un large champ d’actions sur le plan international. Ainsi, en 1948, elle fut l’un des membres fondateurs de l’Union mondiale pour la nature (UICN). Dès la création de celle-ci, la SNPN activement participa à de nombreuses réunions techniques et assemblées de l’Union.
En 1963, François Bourlière, Théodore Monod et Jean Dorst, tous administrateurs de la SNPN à l’époque, étaient membres de la délégation française à la 8ème assemblée générale de l’UICN (Nairobi, Kenya) au cours de laquelle fut décidée la création d’une nouvelle convention internationale pour réglementer l’exportation, le transit et l’importation des espèces sauvages rares ou menacées d’extinction et de leurs peaux et trophées.
Contrairement aux précédents systèmes conventionnels cette convention n’est pas fondée sur le concept spatial de la protection mais sur une activité précise relative aux espèces sauvages : le commerce international. Le bénéfice généré par le commerce apparaît donc comme l’un des moteurs les plus puissants de l’exploitation de ces espèces. Face aux chiffres alarmants de destruction de certaines d’entre elles particulièrement prisées par la demande internationale, il apparut urgent d’agir sur ce commerce de façon à tarir la source de bénéfices et à ôter tout intérêt aux prélèvements. Cette mesure ne pouvait être efficace sans une coopération internationale, en particulier entre les pays exportateurs, transitaires ou importateurs.
C’est dans ce contexte qu’a été élaborée la Convention (CITES), dont le texte définitif fut présenté à la Conférence plénipotentiaire, le 3 mars 1973 à Washington. Ce jour-là, 21 pays (parties) signèrent la Convention, dont la France qui la ratifia officiellement en 1978.
Entrée en vigueur le 1er juillet 1975, elle compte aujourd’hui 171 pays signataires et la liste ne cesse de croître. Les parties se réunissent dans le cadre d’une conférence (Conférence des Parties, ou CdP) tous les deux ans et demi environ. La première conférence s’est tenue en 1976, à Berne (Suisse).
Les espèces concernées par la CITES sont inscrites dans l’une des trois annexes selon le degré de protection dont elles ont besoin (annexe I, II ou III). Les éléphants d’Asie, par exemple, ont tout de suite été inscrits en annexe I et ceux d’Afrique, en 1977, en annexe II de la Convention.
Actuellement plus de 5000 espèces animales et 28 000 espèces végétales bénéficient de la protection dans le cadre de la Convention.
Vous pouvez lire dans "La CITES et les éléphants"

• Le(s) Rubrique(s) suivante(s)
· Amnistie pour les éléphants - Historique de 1986 à nos jours
· Amnistie pour les éléphants - Dossier de presse