Réserve nationale de Camargue
Réserve naturelle du lac de Grand Lieu
Contacts et services
Article au format texte pour impression
Prairies humides

Ces milieux sont très faiblement représentés sur la réserve naturelle. L’activité agricole a disparu de son territoire, l’abandon des pratiques se traduisant par une colonisation des espaces prairiaux relictuels par les saules. Leur maîtrise, sur la prairie de la Sénaigerie qui est le secteur prairial le plus significatif sur la RNN, n’est assuré que par l’intervention du gestionnaire (fauche, pâturage par des chevaux).
Plus globalement, l’évolution des habitats prairiaux sur Grand-Lieu (essentiellement hors RNN) se fait plutôt au détriment des cortèges floristiques à tendance oligotrophe (Oenantho fistulosae-Agrostitetum caninae (37.312), Deschampsio setaceae-Agristetum-caninae (37.312), Molinion ceruleae (37.31), Eleocharitetum multicaulis et Scirpetum fluitantis (22.313), ou Caro verticillati-Juncion acutiflori (37.312)) qui sont peu à peu colonisés par des espèces moins sensibles à l’eutrophisation (Oenanthion aquaticae (53.146), Lysimachia palustris, Agrostis stolonifera, Eleocharis palustris, Rorippa amphibia...), voire franchement nitrophiles (Bidention tripartitus (22.33), Glycerietum maximae (53.15)...). Il s’y ajoute les effets de la déprise agricole, favorable notamment aux formations à hautes herbes (formations à Glyceria maxima (53.15) à Phalaris arundinacea (53.16)), que ce soit sur les prairies fauchées ou pâturées.

Liste des biotopes CORINE à télécharger

A lire aussi : Prairies humides dans la rubrique Flore.


Pour découvrir les différents milieux qui composent Grand Lieu vous pouvez cliquer dans les liens suivants :

- Eau libre
- Roselière boisée
- Végétation palustre
- Prairies humides

Portfolio : clic image
Douve sillonnant les prairies humides fauchées
Photo - P. Boret SNPN
L’exploitation agricole est indispensable au maintien des prairies humides et de leur exceptionnelle richesse
Photo - P. Boret SNPN

Douve de marais à la Brèce Fouérouse.

Les bordures de nombreuses douves des prairies humides sont colonisées par une végétation palustre fort intéressante
Photo - P. Boret SNPN

La Bergeronnette printanière est un passereau typique des prairies humides
Photo - S. Reeber SNPN
Les Renoncules aquatiques s’étendent en parterres blancs sur certaines mares peu profondes des prés-marais
Photo - S. Reeber SNPN