Voir Panier «Le Courrier de la Nature n°294 janvier-février 2016» a été ajouté à votre panier.
COUV_cln_303

Le Courrier de la Nature n°303 mai-juin 2017

6.00 

Éditorial

Courrier des lecteurs

Dans les actualités :

De nombreuses actions sont actuellement en cours de discussion pour tenter de remédier au déclin des abeilles de nos régions.Pour favoriser la venue d’autres petites bêtes, une association creuse des mares et construit de petits abris à reptiles… voire de véritables « immeubles » !
Concernant de plus gros animaux, les ours cohabitent avec les vaches, et leurs amis pyrénéens les fêtent joyeusement. Quant aux dauphins, ils ont subi de lourdes pertes en début d’année, tant en France qu’en Nouvelle-Zélande ; et les fonds marins demeurent un territoire riches en découvertes, car on vient de photographier pour la première fois le récif corallien de l’Amazone.
Plus à portée, les lichens sont également méconnus, et font naître des vocations grâce aux sciences participatives

Vie de la SNPN

- Que la fête démarre !
- Les réserves nationales gérées par la SNPN

Les rendez-vous nature de la SNPN


- Le toulou, oiseau endémique des forêts humides. Va-t-il disparaître de Nouvelle-Calédonie ?, par Jean-Jérôme Cassin, chargé de la conservation, DDEE, Province nord de la Nouvelle-Calédonie, Thomas Duval, HEMISPHERES et Pascal Villard, ornithologue.

Il y a tout juste 50 ans, Jean Delacour mentionnait dans son « Guide des oiseaux de la Nouvelle-Calédonie », que le toulou (Gymnomyza aubryana) constituait l’un des endémiques les insolites. Son apparence et son comportement – son masque orange, ses chants nocturnes et sa discrétion – lui confèrent un côté fascinant et magique, frôlant même le statut d’oiseau de mauvais augure. 

- La réserve irradiée de Poleski. Quand la radioactivité rime avec la féralité, par Jean-Claude Génot, écologue et Annik Schnitzler, professeur au laboratoire interdisciplinaire des environnements continentaux, Université de Lorraine.

Dans « La France des friches. De la ruralité à la féralité » paru chez Quae en 2012, les auteurs de cet article ont présenté un plaidoyer en faveur des espaces délaissés, friches, maquis et landes des campagnes françaises qui permettront de retrouver en quelques siècles des forêts âgées naturelles, milieux qui manquent tant à la France et à l’Europe. Cette nature autrefois utilisée par l’Homme et ensuite abandonnée à sa libre évolution est qualifiée de « férale », par analogie aux espèces animales domestiques qui deviennent sauvages. Les auteurs ont voulu visiter la zone d’exclusion liée à la catastrophe de Tchernobyl en Biélorussie où, depuis 30 ans, l’Homme a cédé le pas à une nature férale faite de marais, de friches et de boisements spontanés, une nature d’un genre particulier du fait de sa contamination par les radionucléides.

Point de Vue
Le lynx. Un prédateur dans une nature jardinée ? par Guillaume Christen, chercheur postdoctoral en sociologie de l’environnement, Université de Strasbourg


La nature dans l’œuvre de… Yves Fagniart


Bibliographie


Avis

Aucune évaluation.

Soyez le premier à évaluer la revue “Le Courrier de la Nature n°303 mai-juin 2017”