Né en 1861 à Honfleur (Calvados), avocat établi à Paris, Louis Ternier est un passionné de la chasse au gibier d’eau. Il publie en 1897 La Sauvagine en France, qui présente en 525 pages denses et précises agrémentées de pas moins de 125 gravures toutes les espèces d’oiseaux que l’on peut rencontrer même occasionnellement dans les zones humides et maritimes françaises. Rééditée à trois reprises en 50 ans, cette somme sert longtemps de référence aux naturalistes. Entré en 1905 à la Société d’acclimatation, co-fondateur en 1909 de la Revue française d’ornithologie, Louis Ternier s’occupe de toutes les questions qui ont trait à la chasse, que ce soit au niveau national ou international, et défend l’idée d’une protection internationale des oiseaux migrateurs et celle d’une limitation des prélèvements.

Outré de la destruction effrénée des oiseaux de mer (macareux, fous,…), craignant leur extinction, il est un des initiateurs de la LPO. Vice-président fondateur, il succède à Magaud d’Aubusson comme président de 1917 à 1921, date à laquelle, avec d’autres « anciens », il démissionne de ses fonctions pour céder la place à une autre génération, plus militante, plus éthique, mais aussi plus opposée à la chasse. Sans jamais renier ce « sport », mais prônant une pratique modérée dans ses prélèvements, Louis Ternier a suivi un cheminement classique à son époque vers la protection d’une nature qui apparaît à nombre de ses contemporains de plus en plus menacée.