Les dates marquantes pour la SNPN


  • 2017 : la SNPN est partenaire national de la Fête de la nature ; la SNPN fête les 90 ans de la Réserve naturelle nationale de Camargue ;
  • 2016 : 1ère édition de la Fête des mares à l’échelle nationale, coordonnée par la SNPN ;
  • Depuis 2014 : participation au 3e Plan national d’action en faveur des zones humides (PNAZH), membre du Groupe national en faveur des milieux humides, co-pilotes du groupe de travail de Communication, d’éducation, de sensibilisation et de participation du public (CESP) ;
  • 2013 : poursuite de programme de préservation des zones humides franciliennes ;
  • 2013 : lancement du programme de préservation du Sonneur à ventre jaune en Ile-de-France ;
  • 2012 : participation à la 11e conférence des Parties (COP) de Ramsar à Bucarest, en Roumanie ;
  • 2011 : désignation de la SNPN comme correspondant non gouvernemental de la politique de CESP de Ramsar en France (point focal) ; co-fondation de l’association Ramsar-France (et son objet) ; participation à l’élaboration de la politique CESP française et à la promotion de la JMZH ; 20 ans du GZHI et son numéro spécial ;
  • 2010 : lancement de l’inventaire des mares franciliennes, programme de sciences participatives ;
  • 2010-2012 : participation au 2e Plan national d’actions en faveur des zones humides (PNAZH) ;
  • 2008 : l’ensemble des terrains constituant la Réserve naturelle nationale du Lac de Grand-Lieu (ainsi que quatre autres parcelles la bordant, incluant la Maison du Garde et la Maison dite « Guerlain ») a été affecté au Conservatoire du Littoral (arrêté du 6 mai 2008).
  • 2007 : signature avec la Région Ile-de-France du programme “Vers un réseau des zones humides” ayant pour but de définir les zones humides à enjeu écologique fort en Ile-de-France et justifiant la mise ne place d’actions de protection, de gestion ou de restauration ;
  • 2006 :  les terrains de la Réserve naturelle nationale de Camargue ont été affectés au Conservatoire du littoral ;
  • 1999 (29 avril) : la Cour européenne des Droits de l’Homme condamne l’Etat français à modifier la loi dite Verdeille sur les associations communales de chasse agréées (ACCA) en ce qu’elle obligeait les petits propriétaires non-chasseurs à adhérer aux ACCA. Ce jugement est l’aboutissement de 25 ans d’actions menées la SNPN et son adhérent M Marc Montion ;
  • 1997 : la SNPN quitte le Muséum qui l’hébergeait depuis la seconde guerre mondiale et s’installe dans les locaux du 9, rue Cels à Paris, que lui a donnés Mlle Paule Lapicque ;
  •  1995 : participation avec le Groupe zones humides à la rédaction du 1er Plan national d’action pour les zones humides (PNAZH) ;
  • 1994 : lancement du Programme LIFE de sauvetage du lac de Grand Lieu comportant notamment l’acquisition de terrains, la mise en place du suivi de la qualité de l’eau et la réalisation de travaux de génie écologique ;
  • 1993 : création de la revue Zones Humides Infos, publication du groupe d’experts sur les zones humides réuni par le ministère de l’Écologie et du Développement durable ;
  • 1980 : décret de classement de la réserve du lac de Grand-Lieu (2 700 ha), dont l’acte de donation conditionnelle du parfumeur Jean-Pierre Guerlain à l’État demande que la gestion en soit confiée à la Société nationale de protection de la nature ;
  • 1977 : la réserve nationale de Camargue obtient le titre de réserve de la biosphère dans le cadre du programme MAB (Man and Biosphere) de l’UNESCO ;
  • 1975 : arrêté de classement de la réserve nationale de Camargue (13 117 ha). La SNPN est confirmée dans son rôle de gestionnaire ;
  • 1972 : les Salins du Midi cèdent à l’État français les terrains loués en Camargue à la SNPN ;
  • 1967 : création de la revue Le Courrier de la Nature destinée à un plus large public que Revue d’écologie-La Terre et la Vie ;
  • 1967 : la réserve zoologique et botanique de Camargue reçoit le premier Diplôme décerné par le Conseil de l’Europe pour honorer les réalisations les plus prestigieuses dans le domaine de la conservation de la nature ;
  • 1960 : la SNA devient officiellement la Société nationale de protection de la nature (SNPN) ;
  • 1948 : co-fondatrice de l’Union internationale de conservation de la nature (UICN), dont elle assure la première présidence ;
  • 1936 (1er janvier) : création de la réserve du Lauzanier (située aujourd’hui au cœur du Parc national du Mercantour) ;
  • 1935 (30 juillet) : création de la réserve de Néouvielle (située aujourd’hui au cœur du parc national des Pyrénées) ;
  • 1933 (4 janvier) : première réunion de la « section de protection de protection de la nature » nouvellement créée au sein de la Société nationale d’acclimatation ;
  • 1931 (30 juin-4 juillet) : elle est le principal organisateur du second Congrès international de protection de la nature qui se tient à Paris, et en publie les actes en 1932 ;
  • 1931 : création de la revue La Terre et la Vie, qui deviendra Revue d’écologie-La Terre et la Vie. qui publie des articles de recherche dans le domaine de l’écologie ;
  • 1927 : elle crée la Réserve zoologique et botanique de Camargue sur des terrains appartenant à la Compagnie Allais, Froges et Camargue ;
  • 1923 : elle est le principal organisateur du premier Congrès international de protection de la nature qui se tient à Paris, et en publie les actes en 1926 ;
  • 1912 : sous son égide se constitue la Ligue française pour la protection des oiseaux et la Réserve ornithologique des Sept-Iles, en Bretagne ;
  • 1909 : elle contribue à faire adopter des arrêtés préfectoraux interdisant la destruction du castor dans le Gard, le Vaucluse et les Bouches-du-Rhône (puis la Drôme en 1922) ;
  • 1906 : elle inspire la création d’une Société des amis de l’éléphant, pour sauver celui-ci de l’extermination ;
  • 1902 : elle œuvre pour établir et faire adopter la « Convention internationale pour la protection des oiseaux utiles à l’agriculture » ;
  • 1901-1921 : sous la présidence d’Edmond Perrier, directeur du Muséum, la Société nationale d’acclimatation oriente résolument ses activités vers la protection de la nature et de ses ressources ;
  • 1855 (26 février) : elle est reconnue d’utilité publique ;
  • 1854 (10 février) : fondation, sous le nom de Société impériale zoologique d’acclimatation (qui deviendra Société nationale d’acclimatation), par Isidore Geoffroy Saint-Hilaire, professeur au Muséum (pas encore national) d’histoire naturelle, titulaire de la chaire de zoologie des mammifères et des oiseaux ;